Nom d’un p’tit bonhomme … Pourquoi ?

if-you-can dream-it

« Quand tu as envie d’abandonner, pense Ă  ce qui t’a fait commencer. »

-Texte extrait de mon journal intime, mardi 23 avril 2019-

Lorsque nous avons dĂ©cidĂ© de nous lancer dans ce nouveau dĂ©fi lors d’une ballade en forĂȘt, les idĂ©es fusaient : le lieu de tournage, les conditions et le matĂ©riel parfaits. La motivation Ă©tait lĂ , difficile Ă  canaliser !

J’avais la conviction que cette idĂ©e faciliterait la comprĂ©hension de l’alimentation cĂ©togĂšne pour tous. Ulrich Ă©tait septique, lui qui ronge son frein pour nous tirer plus haut, plus loin. Mais une fois de plus il a fait confiance Ă  mon intuition sur le besoin du plus grand nombre.

ensemble on va vite loin

De l’idĂ©e parfaite, nous avons basculĂ© Ă  la rĂ©alitĂ© 

Bien entendu, les petits obstacles sont apparus. Au dĂ©part, j’ai voulu lutter contre chacun d’eux avec des moyens qui n’étaient pas raisonnables que ce soient en termes financiers, humains, mais aussi de temps.
Puis lassĂ©e de me battre contre cette rĂ©alitĂ©, j’ai capitulĂ©, tout posĂ© sur la table, pris du recul et me suis interrogĂ©e : « Ok, regarde bien le tableau dans son ensemble ! Garde-t-il sa cohĂ©rence, ses couleurs, cette signification que tu souhaites transmettre ? »
L’évidence Ă©tait criante, c’était un tout autre projet qui se dessinait.

Alors comme souvent depuis le début de notre aventure cétogÚne, je suis repartie de zéro !
J’ai essayĂ© de me recentrer, nous recentrer pour faire se croiser les besoins de cette communautĂ© Ă  laquelle je suis attachĂ©e profondĂ©ment et notre ambition, nos valeurs.
Ma nouvelle page blanche s’est alors remplie Ă  une vitesse que je n’espĂ©rais plus.
Tout devenait plus simple, Ă©purĂ©, logique 
 plus NOUS !

ceto-academy-eatfat2befit-montage

La Céto Academy en vidéo était en train de naitre.
Du papier, il a fallu passer Ă  la concrĂ©tisation et c’est souvent lĂ  que tout peut basculer.
A la place de ce lieu de tournage incroyable, je devais accepter de m’enfermer à nouveau plusieurs mois non-stop chez nous.
Au lieu de de cette belle lumiĂšre naturelle, je devais accepter de passer aux boites de lumiĂšre artificielle.
À mesure que le dĂ©cor prenait forme Ă  la maison, un sentiment Ă©touffant grandissait en moi. J’avais beau tenter de le cacher Ă  Ulrich, la tension devenait palpable.

Une fois, le dĂ©cor prĂȘt, les marques au sol scotchĂ©es, notre salon dĂ©montĂ© pour plusieurs mois, je n’ai pu lutter plus longtemps, les larmes ne pouvaient plus ĂȘtre contenues. Mon homme surpris m’interrogea de son regard. Et lĂ  tout jaillit : le sentiment de ne plus avoir de bulle, plus d’espace vital dans mon chez-moi de 75 mÂČ, avec une cuisine devenue labo R et D cĂ©togĂšne, une chambre d’amis transformĂ©e en bureau pour nous 2, mini studio photo « cagibi » pour moi avec mon vaisselier, mais aussi le stockage de nos vĂȘtements, des outils de menuiserie, et une annexe de notre bibliothĂšque.
DĂ©sormais c’était notre salon qui se transformait en studio de tournage avec une table qui devait disparaitre dĂ©montĂ©e derriĂšre le canapé . EatFat2BeFit prenait trop de place ou plutĂŽt ne m’en laissait plus assez, j’étouffais physiquement et psychologiquement !
Et pourtant, j’avais dĂ©cidĂ©, choisi tout cela 


Les larmes ne voulant pas se tarir, je sanglotais seule.
Me disant que dĂ©cidĂ©ment Ulrich ne pouvait pas me comprendre et prĂ©fĂ©rait aller dans le bureau plutĂŽt que m’écouter me lamenter. Jusqu’à ce que je le voie rĂ©apparaitre quelques minutes plus tard ce petit bonhomme Ă  la main. Il l’avait bricolĂ© avec le mĂȘme scotch que celui de nos repĂšres au sol pour les camĂ©ras et les Ă©clairages 
 pour juste faire naitre un sourire.

Nom d un petit bonhomme

Les larmes cessĂšrent de couler, je souris et d’un coup le tableau sous mes yeux prenait vie, car je venais de me souvenir … « Pourquoi ?»
« Pourquoi » j’étais motivĂ©e Ă  construire ce parcours en vidĂ©o,
« Pourquoi » je devais aller au bout sans le subir, mais bien au contraire en étant « actrice » et pas seulement devant la caméra, mais dans la globalité de ce projet.
Celui pour lequel Ulrich me faisait confiance et auquel je croyais profondément, sincÚrement.
Comme un nouveau pas dans ma mission de Vie : celle me permettant d’offrir les clĂ©s de la pleine santĂ© pour une meilleure Vie Ă  tous ceux qui avaient foi en nous !

ceto-academy-tournage

Épilogue (avril 2021) :

Cette histoire trĂšs personnelle aurait dĂ» rester dans mon journal et puis j’ai fini par rĂ©aliser combien son essence pouvait s’appliquer Ă  tous nos dĂ©fis 
 et Dieu sait qu’en ce moment nous sommes challengĂ©s, chahutĂ©s.
En se posant la question de « Pourquoi » puis en y apportant une réponse visuelle dans un objet à garder à portée de main on peut tous relever nos challenges avec détermination et enthousiasme !

Et ne croyez pas que j’en suis Ă©pargnĂ©e grĂące Ă  mon optimisme 
 C’est exactement ce que je revis depuis des mois pour un tout autre projet pour lequel je me bats, avec parfois l’envie de laisser tomber, lasse d’enfoncer des portes qui finalement ne mĂšnent nulle part.
Mais aprÚs une nuit de sommeil (agité), je vois cet objet là pour me rappeler pourquoi ce projet doit voir le jour.
Et me voilĂ  repartie en croisade sans autre garantie que celle d’avoir Ă©tĂ© au bout de mon idĂ©e, de cette conviction, de mon combat 
 le reste ne m’appartient pas, l’Univers s’en chargera … ou pas !

Toujours savoir « Pourquoi » et les doutes s’envoleront 🎈

NB: La jolie carte en ouverture de ce billet est une rĂ©alisation de mon amie Nelly du blog PincĂ©e de Fantaisie … une artiste du quotidien (chacun de ses courriers est un enchantement … oui oui nous avons en commun notre prĂ©nom et le plaisir de communiquer avec simplicitĂ©: papier et stylo plume).  Et c’est un bel exemple pour illustrer mon propos du jour, elle qui sait aller au delĂ  de ses doutes pour rĂ©aliser ses projets les plus fous ! 💛

Partagez cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email